Aller au contenu


J'veux pas mourir de Gabriel Mermet-Bouvier

Interview

A la rencontre de Robert Magand, un sculpteur villeurbannais qui a eu un parcours de vie hors du commun. Il a son franc-parler, ses révoltes, ses interrogations.
"J’veux pas mourir". La volonté de l’homme est de forger ses rêves, de laisser une trace. Tranches de vie.

Image attachée: thumb-cf8ee8a13ee73e77e9297a8bbecfdd8e-affichette-jveux-pas-mourir-300x300.jpg

- Quel matériel as-tu utilisé pour l’enregistrement et la réalisation de la bande son ? Combien de fois avez-vous rencontré l’artiste ?

L’interview a été réalisée en une seule séance dans la salle de réunion du CLAVI avec 2, 3 adhérents. J’ai utilisé mon enregistreur Olympus LS 10 de très bonne facture, en mode Wav, je voulais un son original de bonne qualité.
Par contre, la salle n‘étant pas adaptée à ce genre de travail, il a fallu travailler le son en postproduction, à travers Audacity, notamment à l’aide de sa fonctionnalité de nettoyage du bruit de fond. Robert a répondu à nos questions pendant plus de deux heures, il suffisait juste de lancer un sujet et ça partait.
C’est à partir de cette longue bande son qu’avec l’aide d’Henry Boullu un diaporamiste du CLAVI, nous avons pu repérer quelques séquences et mettre au point un scénario principalement basé sur le personnage.
C’est bien quand on peut établir un scénario en équipe, d’où l’intérêt de faire partie d’un club. Seul on persiste dans des erreurs qu’on ne voit pas forcément. Il fallait extraire 8 à 9 min d’interview, pas simple. Il a fallu beaucoup couper, sans trahir la pensée de Robert. Et aussi, que tout ceci puisse être illustré par les sculptures de l’artiste.

- Quels conseils peux-tu donner pour réaliser une interview ? Celui de ton reportage est très émouvant.

Il faut bien connaître l’interviewé auparavant, savoir dans quelles voies on va l’emmener. Donc préparer un minimum avant, mais aussi laisser de la place à l’improvisation, et là Robert pour improviser, il a improvisé !
Le fait que l’on s’apprécie mutuellement a fait qu’il a complètement oublié le micro, et qu’il s’est lâché, comme s’il me parlait au cours d’un apéro entre amis.
Il s’est même complètement livré par moment, d’où le côté très émouvant de certaines séquences. Notamment la séquence de la prison, où, en plus, on a eu le pot formidable de trouver sa cellule bleue dans les archives de la démolition de la prison Saint-Paul, et là son émotion a été très forte quand il a vu cette photo.
Lorsque nous avons écouté le résultat avec Henry, nous avions conscience d’avoir un petit bijou entre les mains.

- Quels sont les pièges à éviter pour un reportage ?

Ne pas tomber dans le documentaire insipide, dans lequel le spectateur va vite décrocher; il faut sans cesse relancer son intérêt. C’est toute la difficulté, mais aussi le côté passionnant du diaporama.
Avoir un bon sujet, original si possible. Un sujet connu a été traité plusieurs fois par des pros, donc ça va être difficile de rivaliser et de susciter l’intérêt du spectateur.
Et puis surtout avoir une réalisation dynamique, il faut faire entrer le spectateur dans le sujet, rendre le reportage vivant, le tout à base d’images fixes bien sûr !


NDLR
Pendant 12 ans, Gabriel a été le co-administrateur de DiaporamaForum avec Gérard Desroches, un site de référence dans le monde des diaporamistes. Il est animateur du Club Photographique de Villeurbanne, le CLAVI. Il est webmaster du site www.vivelediaporama où il a le plaisir de faire partager sa passion pour le diaporama. Nous vous invitons à visiter son site. Il a le projet de réaliser de nouveaux tutos.
Prochainement, en bonus, la suite de l’interview, après les premiers commentaires. Gabriel nous précisera comment a été organisé le reportage photographique et comment il a réalisé le détourage méticuleux des sculptures.


Interview réalisée par : Kwiat (Pascal Kwiatkowski) le 21 août 2014

Téléchargez ce diaporama

Postez vos commentaires



Conformément à législation en vigueur relative à la protection de la vie privée, les membres disposent d'un droit d'accès à leurs données personnelles qu’ils ont mises sur le site. De même, tout membre a le droit de les faire modifier. Les données collectées sont utilisées à des fins de connexion et de personnalisation, en aucun cas nous ne les fournirons à des tiers.
Adresse courriel de contact Cliquez ici afin d'adresser un courriel aux administrateurs
IPB Skin By Virteq